Vivre plus longtemps - enjeux financiers, enjeux de société

Patrick Sabau - information - Mercredi 01 Octobre 2014

Vivre plus longtemps - enjeux financiers, enjeux de société

Un panel organisé lors de la célébration des 150 ans de Swiss Re à Paris s’est concentré sur une question pratique : comment allons-nous organiser nos vies et, plus important encore, nos sociétés, dans la mesure où de plus en plus de gens dépasseront désormais l’âge de 65 ans ? Une discussion animée s’est engagée sur plusieurs aspects de la problématique de la longévité, de ses implications philosophiques à ses impacts économiques. Les participants au débat ont poursuivi deux pistes de réflexion : le fait de vivre plus longtemps pourrait être à la fois un risque et une opportunité.
 
L’enjeu est clairement que les pouvoirs publics ne disposent plus des ressources nécessaires pour financer des régimes de retraite plus généreux. Notre modèle économique doit évoluer et s’adapter à une population plus âgée. Travailler plus longtemps s’impose.
 
Cependant, le vieillissement de la population est aussi source d’opportunités : la nouvelle « économie des seniors » est susceptible de générer un vaste marché pour une multitude de nouveaux produits, tels que les habitations pour les personnes âgées, par exemple.
 
« Nous considérons la longévité comme un fait extrêmement positif », a dit Christian Mumenthaler de Swiss Re. « Mais, la longévité présente des risques, qui concernent aussi l’industrie de l’assurance, car si tous vivent plus longtemps, peu de gens ont épargné suffisamment pour leur retraite.»
 
Alors, qui comblera le déficit ? L’approche interdisciplinaire est une façon d’appréhender bon nombre de questions complexes. Le sociologue Serge Guérin, par exemple, a encouragé l’audience et les autres panélistes à changer leur opinion sur le vieillissement. Les employeurs devraient bannir la discrimination par l’âge et considérer les salariés âgés comme une chance pour l’entreprise : vive les vieux !
 
Puis, le philosophe Pierre-Henri Tavoillot s’est adressé aux participants en leur demandant ce que veut réellement dire être « vieux ». Même au cours de la retraite, nous distinguons plusieurs phases aujourd’hui. La perception ancienne des trois âges de la vie – enfance, âge adulte et vieillesse – n’est plus un concept viable. « Le monde a fondamentalement changé », a-t-il clamé.
 
A mesure que le débat avance, des solutions alternatives sont proposées. Une de ces idées pourrait être de s’arrêter de travailler, « partir à la retraite » pour un certain temps avant l’âge officiel du départ à la retraite, et de travailler tout au long de sa vie. L’industrie de la ré/assurance pourrait jouer un rôle majeur dans la conception de produits/solutions destinés à combler la faiblesse potentielle des revenus.
 
Lors d'un sondage, Swiss Re a trouvé que presque la moitié de la population française s’attend à devoir travailler jusqu’à l’âge de 65 ans voire au-delà! Voici un sommaire des résultats du sondage:

http://ow.ly/pWMKO 

https://openminds.swissre.com/stories/476/?subcategory=5&subcategory=10&subcategory=21&next=/stories/609/